Vous parcourez les archives de Santé de bébé

Diversification alimentaire de bébé

Le 27 juin 2013 dans Santé de bébé

Les grandes phases de la diversification alimentaire chez l’enfant

logo-manger-bouger

La diversification se déroule généralement en deux phases:

D’abord, par l’introduction progressive, à partir de quatre mois et jusqu’à 8 mois, d’aliments autres que le lait. Les aliments sont encore très liquides et cette phase permet surtout à l’enfant de découvrir de nouveaux goûts.

Ensuite, la découverte de l’alimentation solide et plus variée se fait à partir de 9-12 mois et jusqu’à l’âge de trois ans. Cette période permet notamment à l’enfant de se familiariser avec de nouvelles textures (soupes, bouillies, petits morceaux, purées…).

La diversification s’organise sinon en 3 grandes étapes : [Retrouvez l'article sur mangerbouger.fr]

Voici un tableau à coller sur votre frigo pour vous aider ;)

diversification-alimentaire

email

Tableau des vaccins pédiatriques

Le 26 juin 2013 dans Santé de bébé

Calendrier de vaccination de bébé

logo-sfp

Êtes-vous à jour avec les vaccins de bébé? Pour vous aider, voici un tableau de planification des vaccins pédiatriques:


calendrier-vaccination

BCG

Dès la naissance chez les enfants exposés à un risque élevé de tuberculose (notamment tous les enfants résidant en Île-de-France, en Guyane et à Mayotte). Elle doit être proposée jusqu’à 15 ans chez les enfants à risque élevé non encore vaccinés.

DIPHTÉRIE – TÉTANOS – POLIOMYÉLITE

Un rappel tous les dix ans après le rappel de 16-18 ans.

COQUELUCHE

Une dose de vaccin contenant la composante «coqueluche» est recommandée une seule fois chez les adultes n’ayant pas été vaccinés dans les dix années précédentes, en particulier chez les futurs parents et les personnels soignants.

HÉPATITE B

Si la mère de l’enfant est infectée par l’hépatite B, la vaccination débute dès le jour de la naissance, et pour tous les autres enfants à partir de l’âge de 2 mois. Si la vaccination n’a pas été effectuée au cours de la première année de vie, elle peut être réalisée en rattrapage pour les enfants et adolescents jusqu’à 15 ans inclus. À partir de 16 ans, elle est recommandée chez les personnes à risque.

PNEUMOCOQUE

La vaccination est recommandée pour tous les nourrissons à 2, 4 et 12 mois. Pour les prématurés et les nourrissons à haut risque, une dose supplémentaire est nécessaire à 3 mois. Au-delà de 24 mois, cette vaccination est recommandée pour les enfants et les adultes à risque.

MÉNINGOCOQUE C

La vaccination est recommandée avec une dose de vaccin conjugué pour tous les enfants de 12 à 24 mois et en rattrapage chez les personnes de 2 à 24 ans inclus.

ROUGEOLE – OREILLONS – RUBÉOLE

La vaccination est recommandée pour tous les enfants à l’âge de 12 mois avec une deuxième dose au moins un mois plus tard et au plus tard à 24 mois. La première injection est recommandée dès l’âge de 9 mois pour les enfants entrant en collectivité (dans ce cas, la deuxième dose est recommandée entre 12 et 15 mois).

Les symptômes de la bronchiolite

Le 11 décembre 2012 dans Santé de bébé

Reconnaître les signes d’une bronchiolite

logo-e-sante
Photo et article de e-sante.fr
maman_bebe
Dans une petite minorité de cas, une bronchiolite peut nécessiter un traitement particulier ou une hospitalisation.
Seule une minorité de bronchiolites justifient des soins spécialisés, une kinésithérapie ou une hospitalisation. Mais il est important de déceler à temps les (rares) cas qui en ont un réel besoin.

Seule une minorité de bronchiolites justifient des soins spécialisés, une kinésithérapie ou une hospitalisation. Mais il est important de déceler à temps les (rares) cas qui en ont un réel besoin.



Bronchiolite : quelques signes d’alerte à bien connaître

Dans certains cas, l’état d’un jeune enfant atteint de bronchiolite peut s’aggraver en quelques heures, surtout s’il s’agit d’un nourrisson et s’il était déjà malade des poumons pour une autre raison avant la bronchiolite. L’apparition d’un seul des signes d’alerte suivants devraient vous inciter à consulter rapidement un médecin :

  • les difficultés respiratoires de l’enfant semblent s’aggraver au lieu de s’améliorer progressivement ;
  • le sifflement qu’on entend quand il rejette l’air des poumons est de plus en plus bruyant, ou sa respiration s’accélère de plus en plus (notamment s’il respire 60 fois par minute ou plus) ;
  • lorsque l’enfant respire, son ventre se creuse, et ses narines s’ouvrent de manière inhabituelle ;
  • la peau de l’enfant semble anormalement pâle ou grise, ou ses lèvres semblent bleuâtre ;
  • l’enfant semble avoir du mal à reprendre sa respiration après un épisode de toux (épisode d’apnée, c’est-à-dire d’arrêt de la respiration) ;
  • l’enfant refuse de téter, ou tête à peine ;
  • l’enfant devient somnolent et ne se réveille plus pour téter ou pour manger comme d’habitude ;
  • l’enfant est très irritable, il dors très mal et devient difficile à calmer ;
  • a température de l’enfant atteint ou dépasse 39°C ;
  • bébé n’a pas mouillé ses couches depuis six à huit heures, la fontanelle du haut de son crâne s’enfonce, ou sa bouche et ses lèvres semblent sèches.

Ne vous affolez pas pour autant. Dans certains cas, l’apparition d’un de ces signes ne sera qu’une fausse alerte. ou bien une consultation et une prise en charge rapides permettront de sortir rapidement bébé d’un mauvais pas, notamment par la prescription d’une kinésithérapie de désencombrement respiratoire. [Retrouvez cet article sur e-sante.fr]

Les voyages des tout-petits

Le 11 décembre 2012 dans Santé de bébé

Comment préparer les voyages?

logo-figaro-sante
Article de sante.lefigaro.fr
bebe-voyage
Les enfants voyagent de plus en plus et de plus en plus jeunes. S’il n’existe pas de contre indication aux voyages spécifiquement lié à l’âge, en dehors des voyages en avion qui sont à éviter chez les nouveau-nés, un certain nombre de précautions doivent toutefois être prises pour que le voyage se déroule dans les meilleurs conditions.

Pour les destinations lointaines dans des pays en développement ou aux conditions climatiques difficiles, il est raisonnable de se poser la question de la nécessité du voyage et de son intérêt pour l’enfant compte tenu de son âge, et peut-être de le différer de quelques mois si cela est possible.


Il est recommandé de consulter son médecin pour que l’enfant soit pesé et examiné et pour vérifier que les vaccinations habituelles sont bien à jour. En fonction de la destination, de la saison, des conditions et de la durée du séjour, un certain nombre d’autres vaccinations seront éventuellement nécessaires. Elles peuvent être réalisées par le médecin traitant ou dans les centres de vaccination qui existent dans chaque région. Ces vaccinations nécessitent pour certaines plusieurs injections ou le respect d’un certain délai avant le départ, il faut donc les prévoir suffisamment à l’avance. En cas de départ précipité, des associations ou des combinaisons de vaccins sont possibles. Les vaccins peuvent être injectés le même jour en des sites différents.

Lors de cette consultation précédent le départ, le médecin prescrira les médicaments nécessaires pour le séjour. Le carnet de santé de l’enfant et l’ordonnance doivent être emportés pour le voyage.

- Les enfants nés à terme et en bonne santé peuvent prendre l’avion dès l’âge d’une semaine. Si l’enfant présente une maladie aiguë, une affection respiratoire, une infection il faut bien entendu reporter le voyage; de même, un enfant qui présente une maladie très contagieuse, varicelle, rougeole, grippe…, ne doit pas voyager en avion ; il pourrait transmettre la maladie à un autre voyageur immunodéprimé qui ferait alors une forme grave de la maladie. Pour les enfants atteints de maladie chronique, les conditions du voyage et du séjour doivent être envisagées avec le médecin traitant.

- Si vous voyagez avec un nourrisson, pensez à réserver une nacelle pour l’installer pendant le vol.

- Pour éviter les douleurs aux oreilles, il est conseillé de donner aux nourrissons une tétée au sein ou au biberon lors du décollage et de l’atterrissage et aux enfants plus grands un bonbon ou un chewing gum. [lire la suite sur sante.lefigaro.fr]